Code of Conduct
Results 1 to 22 of 22
  1. #1

    Default Are niche fragrances always more expensive than designer?

    I have become curious about this "niche vs. designer/mass market" dichotomy.
    I would like to know whether a niche perfume always requires more funds than a regular designer/mass market perfume. I consider fragrances like Chanel, Dior, Patou, Guerlain to be mass-marketed.

  2. #2

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    If you compare Internet, discount prices to niche, yes, they are more expensive. (But then, the discounters might be selling outdated fragrances.)
    If you compare department store prices to niche, usually they're in the same category. I paid $80 for Chanel No. 19 and $90 for Parfums de Rosine. No big difference. You usually cannot find the niches frags at 50% discount online like you can the department store brands. Some niches houses like Creed and Montale are closer to $200 for the big bottle, but then, if you like the fragrance that much more, it is worth it IMO.

  3. #3

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    I see. I was looking at the Fleur d'Oranger and it goes for a bit unde 100$ for the 1.7 oz bottle. Nothing different from Coco Mademoiselle (which I have). So they are not THAT intangible. It's just a matter of going out of your way to look for them.

  4. #4

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    I don't think that they differ all that much in price: Guerlains and Chanels are relatively comparable in price to Serge Lutens, Laura Mercier and L’Artisan fragrances; they are all about the same price in department stores. But, if you are comparing niche to mass-market fragrances like Paris Hiltons and JLos – well those are usually really affordable and can be found for next to nothing.

    I guess, quality is quality; but the true appeal of niche fragrances, at least I believe, is largely hidden within the intricate folds of the idea of ‘prestige’ and their ‘exclusivity’. Of course, ‘nothing else’ out there smells like it, so that also counts for something!
    "Of the five senses, the sense of smell is incontestably the one that best conveys a sense of immortality."

    Salvador Dali

  5. #5
    Bois et Musc's Avatar
    Join Date
    Jan 2007
    Location
    Queens New York
    Posts
    181

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Quote Originally Posted by syracusa
    I see. I was looking at the Fleur d'Oranger and it goes for a bit unde 100$ for the 1.7 oz bottle. Nothing different from Coco Mademoiselle (which I have). So they are not THAT intangible. It's just a matter of going out of your way to look for them.
    ha ha I don 't know who you are but I 've always said the same thing comparing Fleurs d 'Oranger by Lutens to Coco Melle! Coco Melle is an expensive mass market fragrance that you smell everywhere and when you compare it to Fleurs d 'Oranger the game is over LOL

    I think the Malles and Lutens are at a good decent price, my Debut by Delrae in EDT for $80 is also decent price but Montale at $200 a bottle I don 't find them exceptional enough to be worth it (in France they re sold $80!!)

  6. #6

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Comptoir Sud Pacifique is one that always seems to me to have decent pricing for a non-mainstream house. Their 100ml bottles usually run about $75 or thereabouts.

    As for Malle and Lutens, I find that their 50mls are usually more or as much as other brands 100mls, so I don't know that I find them to be "a good price."
    Is there any point in saying everything? -Basho

  7. #7
    Bois et Musc's Avatar
    Join Date
    Jan 2007
    Location
    Queens New York
    Posts
    181

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Quote Originally Posted by rach2jlc
    Comptoir Sud Pacifique is one that always seems to me to have decent pricing for a non-mainstream house. Their 100ml bottles usually run about $75 or thereabouts.

    As for Malle and Lutens, I find that their 50mls are usually more or as much as other brands 100mls, so I don't know that I find them to be "a good price."

    Malle and Lutens are not good deals or a "good price", of course not, high grade rare and precious ingredients are more expensive than cheaper all synthetic formulas but I find their prices decent.

    Comptoir Sud Pacifique line is fun breezy non pretentious and rather cheap but you cannot compare perfumes like Musc Ravageur or Fleurs d 'Oranger with Vanille Chocolat or Vanilla Apricot in terms of quality and artistic concept. If you want authenticity and quality you have to pay for it.

    The production costs of mass marketed perfumes like Coco Mademoiselle are less than $5, their profit margin is one of the highest in the world, more than 80% of it is image cost. They invest in massive ad campaings and hardly nothing in quality.

  8. #8

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    I was surprised to find that Diptyque and Carthusia are around $60 for a fair sized bottle. Niche houses, like other houses, differ in their prices... Malles and certain others run around $115 - $300. But, as others have said, you can find Guerlains, Carons, and designer frags for a massive discount online, so that makes a difference. If you have certain niches that you love, you may have to buy them less often rather than buying designer fragrances frequently (or: only buy designer frags at a discount, and you'll have more money left over for the niche purchases). And then there are decants. My friends have always quoted that old saying about "champagne tastes, Budweiser budget" at me, and I think it's true, but if you're willing to put the effort into it, niche smells are available to everyone.


    Favorite Notes:
    Rose, Apricot, Violet, Leather, Iris, Blackberry, Saffron, Musk, Incense

  9. #9

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    No niche fragrance is worth $200 for a 75ml bottle. It sure as hell doesn't cost that much (the markup is usually more tha 50% on the niche brands). Sure many niche houses use quality natural ingredients, but the difference isnt as much as the price reflects.
    -

  10. #10
    Bois et Musc's Avatar
    Join Date
    Jan 2007
    Location
    Queens New York
    Posts
    181

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Quote Originally Posted by zztopp
    No niche fragrance is worth $200 for a 75ml bottle. It sure as hell doesn't cost that much (the markup is usually more tha 50% on the niche brands). Sure many niche houses use quality natural ingredients, but the difference isnt as much as the price reflects.

    in the case of Montale I agree with that specially considering that line is sold much cheaper in France. However one day a lot of natural ingredients will become so rare like santal de Mysore any perfume using it will have to be utterly expensive. I 've noticed that the Malle line has already gotten a little more expensive lately.
    What is not worth it at all are mass market perfumes sold $80 whose production cost is less than five dollars a bottle!

    I ve already mentioned this somewhere on this board, I had a discussion with independant perfumer Gobin Daude last year, her line encountered no interet for investments by big corporations because the botanical ingredients rarity and quality of her fragrances were so expensive the profit margins way too little.
    Those big corporations don 't want to waste time with long term investment like Shiseido has done with Serge Lutens over a period of 25 years, corporations like LVMH and all the others want short term profits, big money and success right now and now tomorrow and that 's why they launch 500 synthetic fruity florals cheap to produce every year.

  11. #11

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Quote Originally Posted by zztopp
    No niche fragrance is worth $200 for a 75ml bottle.
    Zztop, how about $190 for 100 ml of Aoud Rose Petals?
    Heh. You know how I feel about oud, darling.
    Hey, the new Montale website won't let me in without a password. S'up with that?
    Quote Originally Posted by Bois et Musc
    Those big corporations...want short term profits, big money and success right now and now tomorrow and that 's why they launch 500 synthetic fruity florals cheap to produce every year.
    Sad, isn't it? And people who don't actively seek out better fragrances think THAT is all there is.
    Last edited by purplebird7; 24th January 2007 at 02:09 PM.

  12. #12

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Really interesting discussions. Having been so amateur-ish in my orientation towards fragrances until recently (what you call mass-market consumer) I am finding out lots of information.

    Well...my Fleur d'Oranger sample is on its way and if it makes the required "spalsh", it may replace my Coco Mademoiselle as my signature fragrance when Coco is up.
    To me Mle smells really, really nice but then again, I didn't know that many place it into a somewhat despised category (mass market, synthetic, etc).
    Given that it's the same price as Luten, what the heck, next time it's going to be Lutens then. We'll see what happens with Fleur d'Oranger.

  13. #13
    Bois et Musc's Avatar
    Join Date
    Jan 2007
    Location
    Queens New York
    Posts
    181

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Quote Originally Posted by syracusa
    Given that it's the same price as Luten, what the heck, next time it's going to be Lutens then. We'll see what happens with Fleur d'Oranger.
    I hope you 'll fall in love with Fleurs d 'Oranger just like I did, I wear it less in the winter but in the spring summer 90% of the time that 's just what I wear. I 'm also addicted to the compliments I always get from men! ha ha
    It 's also Eva Longoria 's fragrance signature

    http://www.marieclaire.fr/mcl/1234-s..._longoria/3970

  14. #14

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    One can certainly find less expensive quality niche fragrances. It is the "trendy" factor that drives some of the prices. Creed, Serge Lutens, L'Artisan, Diptyque - yes they all have wonderful scents but they are trendy, trendy, TRENDY! Small niche perfumers such as Sonoma Scent Studio produce fine products with quality natural scents and quality bases, but cost only in the $15.00 to $50.00 range.

  15. #15
    Bois et Musc's Avatar
    Join Date
    Jan 2007
    Location
    Queens New York
    Posts
    181

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Quote Originally Posted by CEH
    One can certainly find less expensive quality niche fragrances. It is the "trendy" factor that drives some of the prices. Creed, Serge Lutens, L'Artisan, Diptyque - yes they all have wonderful scents but they are trendy, trendy, TRENDY! Small niche perfumers such as Sonoma Scent Studio produce fine products with quality natural scents and quality bases, but cost only in the $15.00 to $50.00 range.
    hmm yea well at $15 a bottle sorry but noone can come up with scents like Iris Silver Mist or Biche dans l 'Absinthe.
    Using natural ingredients is one thing, anyone can find cheap natural ingredients on the market but the access of the most precious ones it 's not only more expensive but also a challenge. Delrae from San francisco decided to work with french nose Michel Roudnitska because she knew he has access to rare ingredients that are very difficult to get.
    Jasmin de Grasse is not only the purest and most expensive jasmine in the world but only two perfumers have access to it (Chanel, Patou).
    Do you know that Mysore sandalwood is on the way to be extinct? also like patchouly its price is skyrocketting, perfumers who use those precious rarities could never sell perfumes like that under $50.

    The trendy thing is one thing but as Ayala said there 's all kinds of level in niche, you have niche and "niche" wannabees. To understand it all you have to think outside the box, things are more complicated than just trendyness and "natural vs synthetic".
    Last edited by Bois et Musc; 24th January 2007 at 09:20 PM.

  16. #16

    Join Date
    Jan 2007
    Location
    montreal, quebec, canada
    Posts
    23

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Quote Originally Posted by Bois et Musc
    ha ha I don 't know who you are but I 've always said the same thing comparing Fleurs d 'Oranger by Lutens to Coco Melle! Coco Melle is an expensive mass market fragrance that you smell everywhere and when you compare it to Fleurs d 'Oranger the game is over LOL

    I think the Malles and Lutens are at a good decent price, my Debut by Delrae in EDT for $80 is also decent price but Montale at $200 a bottle I don 't find them exceptional enough to be worth it (in France they re sold $80!!)
    haha im a coco mlle wearer, and at least where i am, its not very popular... but regardless of who weares coco mlle and who doesn't, i think that is the wrong attitude to take about fragrances, as just because a fragrance is niche does not make it better than any mass-market fragrance. the best fragrance is one that smells fabulous, on you, personally, given your skin chemistry and the occasion you're wearing the fragrance for. depending on who you are and what you're doing, anything from as you said, "mass market" perfumes like white musk by the body shop or love spell by victoria's secret to "department store" perfumes like coco mlle by chanel or poison by dior to "niche" perfumes like fleurs d'oranger by serge lutens or nuit noel by caron, the scent will depend on the person wearing it... i mean, how ridiculous would it be if your average 14-year old girl in junior high started walking around wearing something like carnal flower by frederic malle instead of her usual cucumber melon by bath and body works (or if she was a little spoiled girl like me, baby doll by yves saint laurent and petits et mamans by bvlgari)... your scent should not be based on whether something is exclusive or niche or rare and hard to find, but based on factors like your age, what you do, your personality and body chemistry.
    "she may be called miss, but she prefers mademoiselle." <3 ines

  17. #17

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Honestly, the price tag is not an issue. I personally won't wear a perfume if it does not bring out the best of me even if it is rare or at an astronomical price.

  18. #18
    Bois et Musc's Avatar
    Join Date
    Jan 2007
    Location
    Queens New York
    Posts
    181

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Quote Originally Posted by mlle_ines
    haha im a coco mlle wearer, and at least where i am, its not very popular... but regardless of who weares coco mlle and who doesn't, i think that is the wrong attitude to take about fragrances, as just because a fragrance is niche does not make it better than any mass-market fragrance. the best fragrance is one that smells fabulous, on you, personally, given your skin chemistry and the occasion you're wearing the fragrance for. depending on who you are and what you're doing, anything from as you said, "mass market" perfumes like white musk by the body shop or love spell by victoria's secret to "department store" perfumes like coco mlle by chanel or poison by dior to "niche" perfumes like fleurs d'oranger by serge lutens or nuit noel by caron, the scent will depend on the person wearing it... i mean, how ridiculous would it be if your average 14-year old girl in junior high started walking around wearing something like carnal flower by frederic malle instead of her usual cucumber melon by bath and body works (or if she was a little spoiled girl like me, baby doll by yves saint laurent and petits et mamans by bvlgari)... your scent should not be based on whether something is exclusive or niche or rare and hard to find, but based on factors like your age, what you do, your personality and body chemistry.

    we all have different standarts and priorities but for a perfume lover like me I take this passion as serious as oenologists do, these guys are way way more critical with wine than we are here discussing perfumes.
    They have magazines and rate wine bottles worth much more than any kinds of perfumes on the market.
    Obviously there are people who just want to "smell good" and discuss perfume in a recreational way while others are looking for much more than that, understand and appreciate perfumes, learn...

    I see you live in Quebec so here 's CARACTÈRES ESTHÉTIQUES DU PARFUM by EDMOND ROUDNITSKA, I hope you will enjoy it (he supports the idea perfume is like work of art and must be judged and taken seriously as such)


    Quel est le critère de l'œuvre d'art ? Des rapports concourants c'est-à-dire l'existence de proportions entre les parties d'un tout et de chaque partie au tout ? Si quelqu'un doute encore que telle soit la définition d'un grand parfum c'est que nous avons été bien peu éloquent. Afin de ne rien laisser dans l'ombre, voyons avec Etienne Souriau à quelles conditions un art peu être reconnu. Il en est cinq nous assure-t-il :

    Première condition

    "L'attaque par l'excitant d'une sensibilité psychophysiologique spéciale (sens des couleurs pour la peinture, du mouvement pour la danse, des sons pour la musique, etc.), suffisamment développée pour intéresser, émouvoir, exciter l'imagination ou la pensée, provoquer des jouissances esthétiques"

    (La musique des parfums, conférence, Paris, mai 1951; Industrie de la Parfumerie, février 1952)

    L'odorat est une sensibilité on ne peut plus spéciale car étant un sens chimique, ses réactions sont plus fines que celles d'un sens mécanique ou physique. On en connaît maintenant l'exceptionnelle capacité de discrimination qui donne à cet instrument de mesure et d'estimation sinon une précision absolue du moins une subtilité précieuse pour jouer d'une aussi abondante palette que la nôtre.

    C'est pourquoi Etienne Souriau reconnaît que le sens olfactif est d'une extrême délicatesse, qu'il est susceptible d'être excité par des quantités infinitésimales de matières, de donner des impressions nettement esthétiques et de se perfectionner dans cette direction. Convenablement entraîné, dit-il, l'odorat ne le cède en rien à l'ouïe telle qu'elle s'applique dans l'audition musicale, et ses données sensorielles possèdent des propriétés affectives à l'occasion prodigieuses.

    Etienne Souriau montre beaucoup de perspicacité lorsqu'il considère que l'univers olfactif est infiniment varié, délicat et nuancé sur le plan purement sensoriel mais riche aussi de puissances affectives, et que cet univers est de plus, dans l'intellectualité et particulièrement sur le plan imaginatif, doué de fortes valeurs évocatrices et représentatives. Sur ce premier point il conclut : "N'hésitons donc pas à reconnaître que l'odorat est un sens esthétique au plus haut degré et qu'il présente autant et mieux qu'aucun autre sens, tout ce qui peut servir à soutenir un art complet"

    (La musique des parfums)

    On en doutera d'autant moins que ce qui détermine l'œuvre, nous l'avons déjà montré, ce n'est ni le sens ni le matériau mais ce qu'une pensée, jouant avec des formes, va faire du second à l'aide du premier. L'œuvre d'art n'est pas conçue par le sens mais par l'esprit de l'homme. Ceci afin qu'il soit bien entendu une fois pour toutes qu'un compositeur artiste n'est pas un "nez", comme on l'a tant de fois écrit puérilement, mais un cerveau qui s'intéresse aux formes olfactives et qui les traite avec goût, ce qui n'est plus du tout la même chose.


    Deuxième condition

    "Possibilité pour les diverses données qualitatives de ce sens, de s'ordonner, de manifester des rapports, de se prêter à des dispositions architectoniques, bref de fournir plus ou moins une gamme ou une palette : un système limité, généralement scalaire, de qualia susceptibles d'être en un certain ordre assemblés, de se combiner en multiples variations toujours plus ou moins bien organisées"

    (La musique des parfums)

    Cette condition est remplie lorsque le compositeur établit une formule qui, sans rien laisser au hasard, se fonde sur un choix délibéré et ordonné de composants dont il détermine avec un minimum de tâtonnements les proportions pour en faire un tout harmonieux et signifiant, c'est-à-dire ayant une forme caractéristique, originale et plaisante. Plaisante voulant dire qui plaît et non "agréable", comme on le dirait d'un chou à la crème. Mais notons bien que dans une composition olfactive chaque composant n'est pas signifiant par lui-même, il ne le devient que par ses rapports avec les autres et surtout avec l'ensemble. Les arrangements olfactifs sont donc basés sur le jeu des qualités odorantes associées, conjuguées, ils s'expriment par des rapports notifiés dans une formule où figure la proportion de chaque composant. C'est l'esprit qui a présidé à la création des quelques grands parfums du siècle, guère plus d'une douzaine jusqu'ici, et chose remarquable l'opinion universelle s'y est rarement trompée, qui a su la distinguer.

    Nos matériaux donnent séparément naissance à des formes olfactives singulières qui s'inscrivent dans notre mémoire, comme les sons et les timbres dans celle du musicien. Par la pensée nous évoquons ces formes et nous imaginons de les conjuguer, de les combiner, pour construire avec elles des ensembles olfactifs qui donneront lieu à un phénomène global, le parfum, qui sera très différent d'une simple addition de ses éléments.

    Pour composer nous n'avons donc pas besoin de sentir nos matériaux concrètement, sensoriellement, l'effort mental suffit à les évoquer et la combinaison des formes qu'ils représentent ne peut se faire elle aussi que dans l'abstrait, sans possibilité de contrôle matériel immédiat. A ce stade notre effort d'abstraction est comparable à celui du compositeur de musique, qui pense aussi ses formes le crayon à la main. Le musicien alors a tout de même un avantage sur nous, c'est qu'il peut vérifier immédiatement ses accords en chantonnant ou en pianotant, alors que nous ne pouvons le faire qu'après une laborieuse pesée (deux à trois heures) des composants énumérés dans la formule, une mise en solution alcoolique ultérieure du concentré ainsi obtenu et une suffisante macération de celle-ci. Ce qui représente en tout plusieurs semaines d'attente. C'est pourquoi notre effort mental s'apparente davantage à celui du musicien composant une symphonie , et qui doit alors embrasser dans une seule vision abstraite non plus de simples accords locaux vérifiables rapidement mais de vastes ensembles composites dont la vérification sera laborieuse.

    D'autre part, pour exprimer la valeur des attributs des sons : hauteur, intensité, durée, le musicien dispose d'un signe particulier pour chacun d'eux, il peut les régler avec précision, de même qu'il choisit pratiquement sans contraintes son tempo, c'est-à-dire sa vitesse d'exécution. Avec un seul chiffre en face de chaque composant, nous devons tenir compte de sa qualité, de son intensité, de sa durée, des ses affinités, et nous subissons sa volatilité dont nous devrons estimer l'influence qu'elle aura sur les autres volatilités et celle qu'elle-même subira de leur part. Un seul rapport pour traduire tous ces facteurs alors que nous devons avoir nécessairement de chaque odeur une représentation multipartite. Nous brassons mentalement des centaines d'odeurs et chaque fois que nous en introduisons une dans une formule c'est sous son multiple aspect que nous devons considérer son comportements à l'égard des autres composants et le rôle qu'elle jouera dans l'ensemble. Le parfum est donc bien une construction de l'esprit.

    Que nos matériaux puissent s'ordonner, nous venons de le montrer et cela ne dépend que de notre intelligence à le provoquer. Si complexe qu'elle soit, corps défini ou essence naturelle, chaque matière première a pour chaque compositeur une physionomie propre qu'il classe dans un système de valeurs qui lui est nécessairement personnel (Mais n'en est-il pas ainsi dans tous les arts ?).Lors de chaque étude il extrait mentalement de ce système les éléments de formule qui lui paraissent appropriés aux rôles à remplir ou aux effets recherchés et c'est ainsi d'études en étude, grâce aux observations et aux réflexions qu'elles ont suscitées , que le compositeur modifie, complète, perfectionne, consolide, justifie son système des valeurs.

    Quelle nécessité y a-t-il à ce que le système soit limité ? Ceux du sculpteur, de l'architecte, des artistes-décorateurs, et même du peintre le sont-ils réellement ? Le musicien lui-même envisage d'étendre le sien. Le "plus ou moins" une gamme ou une palette, de Etienne Souriau, montre bien que peu de matériaux s'y prêtent ; certains sont même plus indociles que les nôtres à cet égard. La plupart des signes ne doivent en vérité leur groupement et leur ordre à la vision personnelle et à la volonté de l'artiste qui les manipule. Sauf les spécialistes (télévision par exemple) qui les traite en ordinateur, les peintres ne travaillent pas avec des longueurs d'ondes mais avec une infinité de nuances très supérieures aux sept couleurs du spectre et qu'ils manient avec leur seule intuition.

    Etienne Souriau admet également des variations "plus ou moins" bien organisées parce qu'il faut faire la part du flou et du confus dans des activités comme celles que nous venons de citer. Cette tolérance à propos du critère qui caractérise l'œuvre d'art, s'impose dans tous les arts, ne serait-ce qu'en fonction de la hiérarchie qui s'établit tout naturellement entre les œuvres et entre les auteurs. Il n'y a pas de doutes que l'assemblage des signes aura moins de chance d'être bien organisé sur la toile de tel peintre du dimanche que sur celle d'un Cézanne. Entre les deux s'échelonneront une infinité de valeurs à beaucoup desquelles on ne déniera pourtant pas la qualité d'œuvre d'art.

    Il en va de même pour le parfum. Autrefois le petit nombre de parfums français mis sur le marché était le fait de compositeurs de grand talent, à la fois auteurs et maîtres d'ouvrage. Il s'agissait d'œuvre d'art ; quand ce n'en était pas, leur carrière était brève car le goût du public était alors sévère et éclairé. Aujourd'hui les destinées de la Parfumerie ont changé de mains ; s'il y a encore quelques compositeurs, plus potentiels qu'actifs, il n'y a plus de maîtres d'ouvrage. Il ne reste que des hommes d'affaires, qui inexperts et influencés par des méthodes commerciales importées et inadéquates, sortent aveuglément et inconsidérément des multitudes de parfums élaborés - dans des officines spécialisées en parfums industriels - par les mercenaires dont nous avons parlé. Alors il y a encore quelques œuvres d'art, rares, qui ont pu franchir les barrages commerciaux, et il y a ..., tout le reste, soutenu et promu par des moyens que la conscience artistique réprouve mais devant lesquels le goût du public, désorienté par le nombre, finit par succomber.

    C'est triste pour l'art du parfum, et pour tous ceux qui l'affectionnent mais ce ne l'est hélas pas moins dans le domaine de la peinture et de la sculpture où l'on voit le mercantilisme soutenir et promouvoir l'imposture en exploitant le snobisme des sots ou l'ignorance des candides. La purification salvatrice ne pourra venir que de la révolte d'un public mieux averti et sans concession. Mais avec ce qui nous concerne, avec une plus grande généralisation de corps définis chimiquement dans la structure des parfums, et à condition que ceux-ci soient composés par des artistes, on s'orientera vers une technique mieux contrôlable, ou le "flou" et le "confus" auront de moins en moins de raison d'être.


    Troisième condition

    "L'existence de moyens techniques, notamment de procédés instrumentaux d'exécution et de présentation, permettant à l'artiste de réaliser avec une certaine précision et une certaine certitude, et de présenter au public avec une suffisante vivacité dans la délicatesse, l'intensité ou la signifiance des rapports, soit une œuvre originale unique, soit une œuvre répétable selon un scénario constitutif, lui-même original et unique."

    Nous avons tout au long de cet ouvrage et encore aux pages précédentes, multiplié les occasions de familiariser le lecteur avec notre technique de composition ; nous avons même essayé de le faire participer à nos préoccupations créatrices. Nous avons vu le compositeur concevoir son parfum dans l'abstrait, traduire sa pensée par une formule qui énumère des produits et leur proportions, produits dont la combinaison esthétique (et non le simple mélange physique) doit réaliser la forme olfactive conçue par le compositeur.

    Tous les arts n'exigent pas des procédés instrumentaux d'exécution et de présentation. Même le musicien, nous l'avons vu, peut se contenter de papier et de crayon pour composer. Pour réaliser avec précision et certitude nos desseins artistiques, il nous a fallu des dizaines d'années d'efforts et de sacrifices de toutes sortes. Nous avons ainsi établi que c'était possible mais nous devons convenir que l'exemple paraît difficile à suivre à notre époque et dans notre métier car les émules n'abondent pas. Il est vrai que toute pensée, dans la mesure où elle elle est exemple, apparaît comme une agression à l'égard des idées établies.

    (José Lemaire, Dossier de la cybernétique, p.69.)

    Lors de sa conférence, il y a vingt-cinq ans, le Pr Souriau était parti à l'idée d'appliquer à la parfumerie des procédés de composition, inspirés de ceux utilisés dans la composition musicale. Mais il s'était limité à la comparaison mélodique, très utopique dans les conditions où il l'envisageait, alors qu'une image contrapuntique eût été plus valable parce que c'est en fait ce qui se passent dans nos parfums où des mélodies très lentes se superposent pendant la scène principale. Mais, à l'époque, Etienne Souriau ne pouvait pas soupçonner ce qu'est la composition olfactive, sur laquelle nous avons cessé de l'informer depuis.

    La vivacité, la délicatesse, l'intensité et la signifiance des rapports, qui caractérisent nos grands parfums sont tellement notoires qui faudrait débiter des lieux communs pour en parler. Nous l'épargnerons au lecteur, tout ce qui précède l'ayant largement familiarisé avec ces considérations.

    La formule d'un grand parfum est évidemment une œuvre originale unique, qui, à l'application devient le scénario constitutif qui permettra de fabriquer le parfum et de répéter indéfiniment cette œuvre, tout comme le font la partition du musicien ou le manuscrit de l'écrivain. Il faut donc protéger cette formule contre les plagiaires.

    La réalisation pratique consiste à peser les constituants de la formule dans les proportions choisies par le compositeur, à mélanger ces produits et à diluer quelques semaines plus tard ce mélange (appelé concentré) avec de l'alcool, dans une proportion très soigneusement choisie elle aussi car cette proportion influera sur la forme définitive du parfum.

    Avant de vérifier et de présenter le compositeur doit en principe (pour des raisons analogues à celles qui conditionnent les grands vins) laisser vieillir sa solution alcoolique pendant un temps variant de trois à six mois suivant la structure de la composition. pour la juger il devra alors la faire évaporer sur un support approprié, en étudiant longuement et attentivement tous les stades d'évaporation de la composition ; ce qui représente plusieurs semaines de contrôle sérieux et d'examen très critique.

    (Les céramistes subissent aussi de longs délais avant de pouvoir juger leurs œuvres.)

    Pour présenter son parfum il suffira au compositeur d'en vaporiser des objets ou des personnes ; mais l'amateur doit lui aussi, s'il veut porter un jugement valable, observer et suivre attentivement la composition comme le fait le parfumeur. Trop de personnes ont la paresseuse habitude de se limiter à un examen très superficiel, qui consiste à mettre son nez sous le goulot du flacon ou à déposer une goutte sur le dos de la main et à frotter la peau, ce qui risque de provoquer des réactions aminées et de dégager une odeur nauséabonde, ou pour le moins de dénaturer le parfum. Nos compositions sont des mélanges délicats qui ne sont point faits pour subir pareil traitement. Un parfum de classe doit s'employer au vaporisateur ; se contenter d'examiner au goulot un débouché trompeur est s'exposer à contempler une façade qui masque le néant, ou : se priver de découvrir les merveilles qui suivent et dureront.

    Une autre grave erreur de présentation consiste, comme cela se produit dans toutes les boutiques de parfumerie, à faire sentir coup sur coup, sans repos intermédiaires très prolongés, plusieurs parfums qui n'ont pas du tout été conçus pour s'opposer les uns aux autres mais au contraire pour être sentis isolément. Les lois de la relativité des sensations sanctionnent impitoyablement cette erreur. L'ouïe est beaucoup moins susceptible puisqu'au cours d'un concert les morceaux les plus divers se succèdent sans que notre oreille en souffre et sans qu'il soit très difficile d'établir le programme pour que les morceaux non plus ne souffrent pas. Néanmoins il ne viendrait pas à une personne sensée l'idée d'écouter simultanément deux symphonies différentes.


    Quatrième condition

    "Des conditions historiques et sociales ayant assez favorisé le développement de cette sensibilité et de ces techniques pour que l'éducation des créateurs, des exécutants et du public soit adéquate à des exigences esthétiques élevées."

    L'usage des parfums depuis des temps immémoriaux, l'avènement au vingtième siècle d'une parfumerie moderne, et son prodigieux développement dans le monde sous l'impulsion des parfumeurs français, aurait dû entraîner un développement corrélatif de la sensibilité et de l'imagination chez les créateurs comme chez les usagers. Il n'en a pas été exactement ainsi pour des raisons que nous avons amplement développées dans L'Intimité du Parfum et sur lesquelles il est inutile de revenir.

    Mais rien, absolument rien, sinon l'apathie des principaux intéressés, ne s'oppose à ce que l'éducation des uns et des autres soit réalisée. Car de jeunes créateurs en puissance sont encore plein d'enthousiasme, et l'immense curiosité du public à notre égard est une sûre garantie de l'intérêt qu'il porterait à un tel effort. Ce dont il faut se persuader c'est que la formation du créateur est longue, que l'éducation du public, pour laquelle nous militons depuis trente ans, doit être patiente, alors ne perdons plus de temps et disons que 1974, avec L'Intimité du Parfum, aura été l'an I de l'éducation puisque pour la première fois un parfumeur qualifié s'est adressé directement au public.

    Mais malgré l'absence de toute éducation, de toute information réelle, malgré même et surtout, la somme de toutes les inepties qui ont été diffusées à travers le monde sur le parfum, comment ne pas être confondu par l'esprit de pénétration, par l'intuition on peut le dire, dont on fait preuve à l'égard des grands parfums authentiques et cela depuis six ou sept décennies, tous les publics du monde et singulièrement celui de France.

    Ces conditions historiques sont une réalité qu'on ne peut nier. Car si la Sixième et le Neuvième, sans autre précision à l'affiche, remplissent les salles n'importe où dans le monde, on ne peut refuser la même universalité aux grands parfums dont il se distribue des millions de flacons dans les coins les plus reculés de l'univers. Mettre cette élection sur le seul compte de la sensualité (que certains esthéticiens annexent d'ailleurs) serait aussi aveugle que d'attribuer l'engouement universel pour la Sixième Symphonie à la seule affectivité, ou à une unanime et supérieure compréhension intellectuelle que les auditoires populaires de Beethoven ne sauraient expliquer.

    Lorsque sous des climats aussi divers, malgré des traditions, des habitudes de vie, des traditions alimentaires, aussi différents, on rencontre une certaine unanimité dans le domaine du goût, c'est la preuve incontestable que l'objet qui en bénéficie relève du beau, du beau universel. A fortiori de l'esthétique.


    Cinquième condition

    "Des hommes de talent ou de génie ayant trouvé dans ces techniques et dans ce genre œuvre un moyen d'expression attirant et important (ce qui, bien entendu, n'est possible que lorsque la période embryonnaire des recherches, des tâtonnements et des ébauches est nettement dépassée)."

    Ces hommes-là, peu nombreux depuis le début du siècle puisqu les compte sur les doigts d'une main, ont existé dans notre profession, en France exclusivement, et leurs créations, depuis, essaiment à travers le monde où elles contribuent à former l'image de la France. Il n'y a, là, j'en réponds, pas l'ombre de chauvinisme mais l'énoncé d'un fait patent. Tient-on cela pour négligeable ? Et pour négligeables les archétypes que les parfumeurs français ont ainsi procuré à de moins grands, à ceux des générations successives, à leurs confrères étrangers ? Toutes ces graines pour être rares, en sont-elles moins précieuses, moins généreuses, leur puissance germinative diminuée, leur valeur d'exemple contestable ? Ce sont au contraire des jalons irremplaçables sur la route de l'art et de la pensée humaine.

    La fin de la période embryonnaire de la Parfumerie se situe au tout début du vingtième siècle. L'Origan, de Coty, en 1905, son Chypre, en 1917, n'étaient plus des ébauches mais des chefs-œuvre d'harmonie. L'Origan, par exemple, en plus des essences naturelles et des corps chimiques que contenait déjà sa formule, était un assemblage très hétérogène de bases complexes, c'est-à-dire de mélanges préparés par les divers fournisseurs de Coty. Celui-ci ignorait totalement la composition de ces bases, il ne pouvait donc savoir à priori comment se comporteraient leurs constituants entre eux, d'une part, et à l'égard des autres constituants qu'il avait choisis, connus de lui ceux-là, d'autre part. Il lui a fallu une sérieuse dose d'intuition et du génie pour que sa composition finale, l'Origan, soit un modèle d'unité et constitue une forme originale belle, très caractéristique, qui, en parfumant le monde entier pendant plus de vingt ans, a reçu alors un assentiment universel.

    On peut en dire tout autant d'Arpège créé en 1925 et surtout de Scandal et Rumeur qui le furent à la veille de la dernière guerre. Ces deux derniers étaient littéralement des parfums"fauves". Et doublement car si les hardiesses et le réalisme de leurs composition les faisaient parfaitement bien assimiler à la peinture des "fauves", l'exceptionnelle harmonie que leur auteur avait eu lui aussi le génie et le goût de créer autour de la note cuir, faisait appel à des composants d'odeurs animales, d'utilisation extrêmement ingrate et qui étaient bien, eux, des odeurs de fauves.

    La maîtrise qu'impliquait alors de telles formules, ne pouvait être le fait que d'un artiste accompli, qui apporterait la preuve non seulement de son talent mais surtout que la composition olfactive peut être un moyen d'expression remarquable. Si certains juges du parfum sont réticents à le comprendre (pourquoi ?), le public, en l'occasion citée, a montré une fois de plus par son accueil clairvoyant et enthousiaste, de quelle sensibilité et de quelles audaces il est lui aussi capable en présence d'œuvres authentiquement belles. Et la preuve que le public est parfaitement conscient c'est qu'il a abandonné ces chefs-œuvre dès que leur qualité, leur forme, s'est dégradé, probablement parce que leur créateur n'était plus là pour en défendre l'intégrité.

    La composition des parfums est l'art abstrait par excellence, d'où sa difficile intelligence, mais c'est aussi par excellence l'art des proportions heureuses, d'où l'extrême jouissance intellectuelle qu'il procure à tous ceux qui savent ainsi l'apprécier mais combien aussi à celui qui a appris à le pratiquer.

    Edmond ROUDNITSKA
    Last edited by Bois et Musc; 25th January 2007 at 09:34 AM.

  19. #19

    Join Date
    Jan 2007
    Location
    montreal, quebec, canada
    Posts
    23

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Quote Originally Posted by Bois et Musc
    we all have different standarts and priorities but for a perfume lover like me I take this passion as serious as oenologists do, these guys are way way more critical with wine than we are here discussing perfumes.
    They have magazines and rate wine bottles worth much more than any kinds of perfumes on the market.
    Obviously there are people who just want to "smell good" and discuss perfume in a recreational way while others are looking for much more than that, understand and appreciate perfumes, learn...

    I see you live in Quebec so here 's CARACTÈRES ESTHÉTIQUES DU PARFUM by EDMOND ROUDNITSKA, I hope you will enjoy it (he supports the idea perfume is like work of art and must be judged and taken seriously as such)
    thanks for the article it was very informative but the main purpose of judging a perfume is also for enjoyment and recreation, no?
    "she may be called miss, but she prefers mademoiselle." <3 ines

  20. #20
    Bois et Musc's Avatar
    Join Date
    Jan 2007
    Location
    Queens New York
    Posts
    181

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Quote Originally Posted by mlle_ines
    thanks for the article it was very informative but the main purpose of judging a perfume is also for enjoyment and recreation, no?

    You 're welcome, I hope this was not too long. Edmond Roudnitska back then was already discussing what we 're discussing now, he was so frustrated that his work that he considered Art was not being taken seriously at all and that not compared to litterature or painting but simply compared to wine and gastronomy!


    As I said we all have different priorities and multiphe standarts and moods. When I wear Clair de Musc or Fleurs d 'Oranger I 'm in a less cerebral and intellectual mood than when I wear Diorissimo or Iris Silver Mist.

  21. #21

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Quote Originally Posted by Bois et Musc
    Edmond Roudnitska ... was so frustrated that his work that he considered Art was not being taken seriously at all and that not compared to litterature or painting but simply compared to wine and gastronomy!
    If he's trying to make the case that fragrance is a fine art, I can't help but think it's a bad move to build his argument on the assumption that wine and food are not fine arts.
    Spray it, don’t say it…
    WARDROBE

  22. #22
    Bois et Musc's Avatar
    Join Date
    Jan 2007
    Location
    Queens New York
    Posts
    181

    Default Re: Are niche fragrances always more expensive than designer?

    Quote Originally Posted by PaulSC
    If he's trying to make the case that fragrance is a fine art, I can't help but think it's a bad move to build his argument on the assumption that wine and food are not fine arts.

    He wrote CARACTÈRES ESTHÉTIQUES DU PARFUM in the early 60s, Edmond Roudnitska is the creator of masterpieces like Eau Sauvage, Le Parfum de Therese and Diorissimo. He 's considered one the most important if not a genius nose of all times.
    His son Michel R. is the creator of Parfums Delrae from San Francisco (Debut, Amoureuse...) and Epice Noirs by F. Malle

    His text is very elaborated here don 't forget I only summed it up in two lines
    Most important in his view 'parfum' is an Art.

Similar Threads

  1. Replies: 18
    Last Post: 3rd March 2013, 10:18 AM
  2. Ingredients, notes, or niche vs designer?
    By GAIVS IVLIVS CAESAR in forum Male Fragrance Discussion
    Replies: 3
    Last Post: 24th July 2010, 10:00 PM
  3. Upcoming Designer Fragrances You Want to Try
    By LeeScot in forum Male Fragrance Discussion
    Replies: 6
    Last Post: 24th June 2008, 02:10 AM
  4. Just Back From my Trip to London
    By LeeScot in forum Male Fragrance Discussion
    Replies: 14
    Last Post: 10th March 2008, 11:05 PM
  5. I own no niche fragrances ......Yet
    By smellitnow in forum Male Fragrance Discussion
    Replies: 13
    Last Post: 21st July 2005, 04:49 PM

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •